Mon livre, ma friandise.

                               Comment occuper un être aimé atteint de la maladie d'Alzheimer?

                                                  
   

                                                                    Quelques idées pour se lancer.
 
« Accompagner nos proches malades : occupations, stimulations et plaisirs ».
 
Le but de proposer des activités dites « occupationnelles »  n’est pas le résultat obtenu mais d'offrir la possibilité pour le malade :
-D’occuper son temps pour pallier à l’angoisse de l'inutilité.
-D’être stimulé pour garder le plus longtemps possible sa motricité  fine et ses capacités de concentration et attention.
-De vivre des moments agréables, plaisants.
-D’échanger avec son proche aidant.
-D’avoir l’occasion d’être félicité , d’être content de lui dans une maladie où il perd peu à peu tout savoir–faire, toute estime de soi.
-De procurer à l’aidant un temps de partage détendu, souhaité, autre que ceux obligatoires de la vie quotidienne, toilette, habillage, repas, médicaments, etc.
Chacun ajustera les activités suivant ses propres capacités, même s’il est toujours possible de s’essayer…
Il est préférable de ne pas laisser le malade tenter d’agir seul face à l’activité proposée. En effet, il s’agit bien d’un partage et d’un accompagnement pendant lesquels l’aidant doit s'efforcer de garder un lien agréable, calme, apaisé avec son aidé.
 
1) La musique. Chant et danse.
A) Objectifs après celui de prendre du plaisir : TRAVAILLER POUR MAINTENIR le plus longtemps possible :
- la voix chantée - L’articulation- La compréhension- Le langage- La lecture- La motricité globale et la gestuelle- L’écoute et la concentration- La mémoire.
B) Activités possibles ou non, suivant le stade de la maladie.
LE CHANT.
-Chanter ensemble des chansons connues du malade. S’il est encore lecteur, ne pas hésiter à lui faire chanter les paroles depuis un classeur de chansons. Débattre ensemble, brièvement du sens de la chanson car, en plus du travail de compréhension, ce peut être une porte ouverte à un échange basé sur des souvenirs provoqués par la chanson.
-Même activité en frappant les rythmes dans les mains, ou encore mains/cuisses, si cela est encore possible.
-Il est tout à fait conseillé à un aidant musicien de mener une séance de chant en s’accompagnant  à la guitare ou au piano. Le malade adore !

LA DANSE.
-Danse libre sur des CD appréciés du malade : tango, valse, et pourquoi pas le rock…
-Même activité mais en respectant une gestuelle simple et répétitive. En plus de la motricité, cela stimule la mémorisation et l’amusement.
 
2) Les travaux manuels.
A) objectifs après celui de prendre du plaisir : TRAVAILLER POUR MAINTENIR le plus longtemps possible :
- La concentration - L’observation- La motricité fine- L’expression artistique- Le repérage dans l’espace plan et limité- La connaissance des couleurs- Le schéma corporel- la capacité à imaginer- Stimuler le toucher.
B) Activités possibles ou non, suivant le stade de la maladie.
LE COLLAGE ET OU DECOUPAGE.
-Faire du découpage/ collage de matériaux différents, sur feuille, suivant les saisons et les événements de l’année : paysage enneigé avec du coton, personnages, œufs de pâques et gommettes…
ASSEMBLAGES.
-Confectionner des colliers ou des bracelets de perles
-Faire des maquettes simples, assembler des objets en Légos, en Mécano. (Début de maladie)
SCULPTURE.
-Manipuler de la pâte à modeler et tenter d’organiser la fabrication d’un personnage ou d’un objet. A défaut, produire librement, à plat, une pièce organisée, même sans sens réel ; et ce, à l’aide de cure dent, tout objet capable de produire une impression.
-Manipuler de l’argile qui séchera et pourra être conservée, dans le même but de travail que celui de la pâte à modeler. Commentaires du lendemain assurés !
DESSIN .
-Colorier librement un dessin évidé, si le malade est encore capable de choisir ses couleurs.
-Colorier un dessin évidé à partir d’un modèle similaire pré-colorié.
-Dessiner au crayon un objet simple d’après modèle simple : une coupe de fruits, un vase de fleurs, un personnage…En cas d’hésitation et  d’angoisse, rassurer le malade en le guidant à l’aide de mots simples et d’encouragements, de compliments.
-Compléter un visage vide, un corps incomplet, une maison sans porte ni fenêtre…
-Colorier des frises en organisant les couleurs d’après le début de la frise pré coloriée.
 
 
3) La lecture.
A) objectifs après celui de prendre du plaisir : TRAVAILLER POUR MAINTENIR le plus longtemps possible :
-   La combinaison des sons (B + A = BA) pour faire des mots et conserver les capacités de lecture même si au fur et à mesure de la maladie, le sens des mots peut devenir difficile.
- L’articulation (car souvent le malade lit à voix haute)- L’écoute- Le langage- L’échange verbal.
 B) Activités possibles ou non, suivant le stade de la maladie.
  • Donner à lire au malade des livres du niveau primaire, avec quelques dessins jamais agressifs ni violents, des magazines tels que « Géo » ou sur les animaux. Des livres à histoires courtes et simples tels que des petits contes, fables, dictons, etc. qui vont réveiller les souvenirs de l'école.
  • Lire chacun son tour une page à haute voix pour faire naître un échange de commentaires.
  • Pour les non lecteurs, faire soi-même la lecture afin de susciter des réactions ou simplement apaiser le malade par la musique de la voix.
 
4) Les jeux de société.
A) objectifs après celui de prendre du plaisir : TRAVAILLER POUR MAINTENIR le plus longtemps possible :
- Le dénombrement- La socialisation- L’humour- L’attention et l’observation- La réflexion- La motricité fine- Une certaine anticipation.
B) Activités possibles ou non, suivant le stade de la maladie. Préférable  quotidiennement.
-   Petits chevaux. (Fonctionne très longtemps)
-  jeux des 7 familles (en début de maladie).
- Bataille.
- Dominos.( Fonctionne très longtemps)
- Scrabble junior.
- Dominos mémo (en début de maladie).
Attention ! Le malade peut devenir vite « mauvais joueur » et il faut parfois désamorcer ses sautes d’humeur. Ceci dit, il passe tout de même un très bon moment pendant lequel son angoisse est oubliée.
Ne pas laisser le malade fasse à la télévision, seul, car il peut ne plus différencier l'image de la réalité  et peut prendre peur, devenir agressif , en colère ou angoissé  selon les images qu'il voit.
       -     Privilégier les documentaires animaliers ou en rapport avec la nature.
-Les films ou séries humoristiques sans violence. Même s’il ne comprend pas tout, le malade les regardera volontiers, le sens de l'humour étant souvent et longtemps préservé.

5) La cuisine.
 A) objectifs après celui de prendre du plaisir :
-  Motricité fine. (verser, mélanger…) -  Sensations - Estime de soi - Travail du goût par dégustation      - Organiser et programmer des actions successives, ce qui est difficile dans cette maladie , toujours avec l’aidant pour éviter l'échec.
B) Activités :
  • Faire du pain, de la pâte à tarte et pétrir.
  • Faire des gâteaux, guidé par l’aidant bienveillant qui l’aidera à ordonner la recette.
  • Eplucher des légumes, peler des fruits ...
 
Conclusion.
Difficile de se résoudre à occuper son parent malade avec des activités du niveau « école primaire » voire même parfois « maternelle » ! Cependant la stimulation et le bien être qui en résultent n’ont pas de prix.
En début de maladie, il est possible de faire travailler le malade sur des « cahier d’exercices pour malade d’Alzheimer ». Il en existe plusieurs et ils sont en vente en  librairie ou sur des sites Internet comme Amazon.com.
Il est toujours indispensable de veiller …. à ne pas leur en demander trop pour éviter les mises en échec !
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement